La Catalaunie dans tous ses états

• 15/01/2007 - La messe des fous à la cathédrale de Chaalons en Champaigne

 

La messe des fous

Mais… que fais-tu là ?

Tu vois bien ! Je raconte une histoire à tes enfants !

Ouais et même que ce soir, ça va être une histoire de fous qui vont à la messe et que c’est une histoire vraie qui a au moins cinq mille ans ! Bon, tu commences, Tante Mem’ ?

La dernière phrase de son fils acheva de lui couper le souffle. Urbain balbutia un inaudible " Tante Mem’ ? " de stupéfaction auquel elle répondit en lui adressant un clin d’œil malicieux.[…]

Tandis qu’Urbain et Fabienne prenaient place sur un pouf, Tante Mem’, assise au milieu du lit, un enfant de chaque côté d’elle, sortit d’un plis de sa robe un tout petit livre pas plus grand qu’une carte bancaire et guère plus épais, dont la couverture représentait une enluminure formée de la lettre C finement dorée et se superposant à une vue très ancienne de Chaalons. Lorsqu’elle l’ouvrit, des soubresauts de plus en plus importants agitèrent le livre au fur et à mesure qu’il grandissait et envahissait tout le volume de la chambre. Une colombe s’en échappa et s’envola vers le ciel avant d’aller se percher sur un des arcs-boutants d’une église proche dont le petit groupe se rapprochait.

— C’est là qu’on va devoir aller à la messe, Tante Mem’ ? Tout en regardant l’édifice, Régis commença à donner quelques signes d’inquiétude à l’idée de devoir " se taper " un office religieux. C’est drôle, je ne l’avais jamais vu, dans Chaalons, cette église-là !

C’est la cathédrale, pourtant, lui répondit-elle, devant laquelle nous allons nous rendre…

Papa ! Papa ! Regarde ce qu’ils ont encore fait le bourgmestre et sa copine Marie-Rose, s’exclama Raphaël tout interloqué. Tu vas encore te fâcher tout rouge et partir au combat contre eux quand tu vas voir qu’ils ont tout cassé le grand portail de la cathédrale !

Un franc éclat de rire accompagna cette réflexion que Tante Mem’ entreprit aussitôt de corriger. Pour une fois, Baptiste Bouc-Bigot et la Marie-Rose n’y étaient strictement pour rien, expliqua-t-elle, et personne n’avait démoli le portail baroque de la Cathédrale vu qu’il ne sera construit qu’au siècle suivant de 1628 à 1634 avec les deux dernières travées de la nef. Pour l’heure, un portail sans grand ouvrage ni relief la fermait et donnait l’impression de présenter un caractère secondaire. Une impression que venait renforcer l’importance du portail nord fermant le transept du côté de la grande rue de la ville, l’ancienne voie Agrippa, l’actuelle rue d’Em’s. " C’est par ce portail qu’au Moyen Âge l’on accueillait le roi de France lorsqu’il passait par Chaalons ", expliqua Tante Mem’. En s’approchant du portail formant saillie, Urbain regretta fort de n’avoir pas pris son appareil photo qui lui eût permis de montrer à ses amis sa splendeur. Il n’en reste hélas plus grand chose de nos jours. Martelé en 1794, son tympan représentait des scènes de la vie de Saint-Etienne sous un Christ de gloire, ses voussures des scènes de l’enfance du Christ et le gâble le jugement dernier. […] Un sifflement admiratif s’échappa de la bouche d’Urbain, qui regretta encore plus de n’avoir pas son appareil photo. " Mazette ! Elle est vraiment chouette, la belle ! ". Elle l’était effectivement, avec ses quatre-vingt mètres, cette flèche dont on achevait la construction. Toute couverte de plomb, elle était richement décorée de figures dorées, de statues et de couronnes. Un siècle et demi après son érection, la foudre s’abattit malheureusement sur elle, provoquant un immense incendie, et elle ne fut jamais reconstruite. […]

" Place ! Place, manants ! ". Devant le grand portail, on s’activait fort. La veille, on y avait dressé des tréteaux comme pour y célébrer une pièce de théâtre ou un de ces grands mystères dont le Moyen Âge fut fort friand. […] Entouré de ses officiers, les chanoines les plus qualifiés, l’évêque des fous grimpa sur l’estrade et tous s’assirent à table où ils mangèrent et burent le festin de roi qu’on leur avait préparé jusqu’à ce que, repus et pansus, quelques rots particulièrement sonores et odorants indiquèrent leur parfaite satiété.

Alors l’évêque se leva, suivi de sa maison, jeta un os à un chien qui passait par là et quelques reliefs du repas à la foule amassée. Puis, devant les fidèles rassemblés, tous se mirent à chanter les vêpres avec une précipitation inhabituelle. Sitôt qu’elles furent finies, deux chantres et le maître de musique entonnèrent un motet en battant la mesure. " Cantemus ad honorem, gloriam & laudem Sancti Stephani… "

Extrait de "L'inconnue du grand bazar" de Bruno Malthet, éditions du Petit Catalunien Illustré.

 

Pour en savoir plus : www.catalaunien.net

courriel : catalaunien@gmail.com 

tel/fax : 03 26 68 68 00

Ajouter un commentaire :: Envoyer cet article

• 13/09/2008 - quelle époque

Publié par Anonymous
à l'époque, on savait faire la fête !
quel dérangement dans la société à cette occasion là. ça devait faire du bien au peuple. Et si on faisait pareil ?
Lien permanent

Qui suis-je ?

Présentation de la Catalaunie : histoire, patrimoine, environnement. Discussion autour de l'actualité catalaunienne.

«  Avril 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Derniers articles

Dictionnaire des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables
Les fillettes du prévôt
Histoires chaalonnaises drolatiques ou dramatiques
Une autres histoire de la fille sauvage
Le savetier et la pucelle
Histoires chaalonnaise drolatiques ou dramatiques
un nouveau roman de Bruno Malthet : Les mémoires de Baptiste Bouc-Bigot
99 moutons et un champenois... à la foire de Châlons
Histoire de la foire de Châlons-en-Champagne
Le Capitole en Champagne : les dessous d'un scandale
Trois résistants des temps modernes
Saute paillasse !
Les crues de la Marne
L'oppidum de La Cheppe et les Champs catalauniques
La guerre oubliée
Jean-Pierre Ravaux : le meilleur des Catalauni
Bulles champenoises radioactives
La destruction du château de Coolus
La guerre des pigeons
Châlons, capitale du front
1908-2008 : la religion et l'Etat, un débat et un combat toujours d'actualité
L'extraordinaire Monsieur Oehmichen
recette flan catalaunien au potiron
Solidarité et Paix
Bernard de Clairvaux prêche la Croisade à Chaalons
Juliette Récamier, exilée à Châlons
Marie-Angélique : l'enfant sauvage
Les Jards ont perdu le nord
un week-end de collage à Chaalons
Rencontre avec Bruno Malthet

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis
Ecrivez-moi
Flux RSS

Liens amis

Petit Catalaunien Illustré
Nouvelle Catalaunie
culture blog
Dominique Brisson

Rubriques

à propos de l inconnue du grand bazar
actualité
voyages en Catalaunie

Mes amis



Article 45 sur 47
Page précédente | Page suivante