La Catalaunie dans tous ses états

• 3/11/2009 - L'oppidum de La Cheppe et les Champs catalauniques

La chute de la lune ?

Roger Canard nous raconta la controverse passionnée qui divisa les historiens et érudits locaux concernant le site de la fameuse bataille des Champs Catalauniques. A l’occasion, il nous confia le texte d’une nouvelle qui, nous dit-il, "intéresserait peut-être vos lecteurs". Elle attribue la création de l’oppidum de La Cheppe à la chute de la lune ou, plus sûrement, d’une météorite, qui aurait donné lieu à un culte celtique.

 

Le mystère [des origines de l’oppidum de La Cheppe] restait donc entier jusqu’à ce qu’un modeste chercheur châlonnais émette une hypothèse curieuse et audacieuse jamais avancée et à laquelle personne n’avait songé, hypothèse séduisante et corroborée par des constatations irréfutables. J’ai eu la chance d’être honoré de la confiance de ce châlonnais féru d’histoire, aujourd’hui disparu.

Après avoir exercé les fonction de médecin en Algérie, il était venu s’installer à Châlons en qualité de praticien homéopathe. Beaucoup de Châlonnais doivent encore se souvenir du Docteur Alexis Gensoul, petit homme affable et réservé qui formait avec sa femme, une personne opulente et à la forte personnalité, ce genre de couple cher au dessinateur Dubout. […]

"Connaissez-vous le "Camp d’Attila ?", me demanda-t-i1 un jour. Bien sûr que je connaissais?! Et je lui contai alors combien, étant écolier, j’avais été impressionné par les terrifiants récits des invasions barbares relatant notamment les cruautés commises par Attila, "?le fléau de Dieu?". Je lui révélai que dès mon arrivée en Champagne, je m’étais empressé d’aller visiter ces lieux chargés d’histoire, lieux envoûtants où la légende prétend que par certaines nuits de tempête les âmes des guerriers morts reviennent pour continuer à s’y entre-déchirer (voir le récit "?La bataille des Champs Catalauniques?").

Le visage de mon interlocuteur s’illumina d’un large sourire. "?Vous n’êtes pas le seul, déclara-t-il, à ressentir l’étrange atmosphère qui règne en cette plaine mélancolique et mystérieuse. Je m’y rends souvent, toujours avec le même intérêt?; je connais les moindres détails de ce sol tourmenté et, croyez-moi, à chacune de mes visites j’apprends des choses nouvelles?".

J’étais profondément intéressé et posai aussitôt à ce spécialiste la question qui fit couler tant d’encre et donna lieu à tant de controverses. "?Où donc d’après vous, s’est déroulée la fameuse bataille???".

"Oh, la question du lieu est secondaire, répondit-il?; il est à penser que les Huns, poursuivis par Aetius et Mérovée, eurent à livrer depuis Orléans de nombreux combats d’arrière garde et qu’Attila a utilisé 1’immense oppidum de La Cheppe pour s’y retrancher. Ce qui est le plus important, c’est de savoir comment ce cirque de 1 km 700 de circonférence a été créé?".

J’avouai mon ignorance. "?Personne n’a songé à donner l’explication à laquelle l’étude minutieuse des lieux m’a amené, poursuivit mon interlocuteur. C’est surprenant de la part de spécialiste, tellement cela est évident?! Voulez vous que je vous expose rapidement les conclusions de mes études???". Vous devez vous douter combien j’avais hâte de savoir et c’est avec empressement que j’invitai mon interlocuteur à me livrer ses révélations. Il ne demandait que cela et ne se fit pas prier.

"Vous n’avez pas été sans remarquer, commença-t-il, comme les environs du camp sont riches en buttes préhistoriques qui attirent forcément l’attention dans ces étendues absolument plates. Voyez donc, ajouta-t-il en dépliant une feuille de cahier au centre de laquelle était figuré le camp avec, sur son pourtour, les buttes de Vésigneul-sur-Coole, Poix, Auve, Bussy-le-Château, Hans, Nantivet, Saint-Jean-sur-Tourbe, Saint-Hilaire-le- Grand, Chavot... Vous ne remarquez rien, me demanda-t-il???".

J’eus beau observer avec attention, force me fut d’admettre que je ne notais rien de particulier. "?Et maintenant???", demanda-t-il après avoir tracé les droites reliant les buttes entre elles

"Je crois discerner des figures géométriques, dis-je, mais tellement imbriquées les unes dans les autres qu’il me faudrait beaucoup de temps pour les déterminer avec précision?".

Le brave docteur sembla tout réjoui par ma réponse. "?Vous êtes sur la bonne voie, me dit-il avec chaleur, et je vais vous aider. Voyez-vous, ces buttes n’ont pas été érigées n’importe comment. Personne ne s’est encore soucié d’étudier leur répartition topographique. Moi, je l’ai fait et cela m’a conduit à des constations surprenantes. Regardez?: vous pouvez constater que chaque butte est érigée en fonction d’un alignement d’au moins trois buttes. Ce n’est pas une coïncidence, c’est une règle. Et il y a une deuxième règle qui peut s’énoncer ainsi?: toute butte se trouve à égale distance de deux autres buttes, si bien que dans le quadrilatère Saint-Hilaire le Grand, le Chatelet, Poix, Hans, on peut construire neuf triangles isocèles dont aucun ne comporte une butte incluse dans son aire. Cela ne peut pas être le résultat du hasard et nous sommes bien obligés d’en déduire que cette zone avait revêtu une telle importance pour nos ancêtres qu’ils avaient voulu en la "marquant" de tout ces repères porter témoignage d’un avènement qui avait frappé d’effroi et de stupeur leur imagination. Or les traces de cet événement existent c’est cet immense cratère qui n’a pu être formé que par la chute d’une météorite. Et en partant de cette hypothèse, tout devient clair et évident?".

"C’est une explication séduisante, mais tous les historiens s’accordent pour faire de ces buttes des monuments funéraires?", objectai-je.

"Je sais, mais c’est absolument faux, affirma-t-il avec force. Les fouilles n’ont jamais rien révélé d’un culte funéraire, il s’agit bien de vestiges ayant une signification religieuse et témoignant d’un culte orienté vers les puissances célestes. Ce sont des hauts lieux comme on en rencontre partout à la surface du globe et ces buttes ont le même rôle magique que les menhirs d’Auvergne ou de Bretagne?".

"Mais, questionnai-je, s’il s’agit d’une météorite, on aurait dû en retrouver des fragments???".

"Ce n’est pas évident, expliqua-t-il, dans la plupart des cratères d’origine météorique, la masse principale du corps céleste n’a jamais été retrouvée. Les bolides explosent souvent au moment de toucher le sol, provoquant un cirque rond ou ovalaire au fond plat et avec un rebord plus ou moins relevé. Aux alentours se forment des petits cratères nombreux et de formes variées. J’ai étudié sur plans et photos les principaux cratères d’origine météorique disséminés dans le monde, celui de Cook-Butte en Arizona, de Bushveld au Nord de Johannesbourg, de Sudburq au Canada, de Wolferek en Australie et de nombreux autres?: je puis affirmer sans aucune crainte de me tromper que le cirque de La Cheppe a bien été formé par la chute d’une météorite.

La suite dans le Petit Catalaunien Illustré N°67

pour toute information consulter le site www.catalaunien.net

catalaunien@gmail.com

 

Ajouter un commentaire :: Envoyer cet article

• 3/11/2009 - quelle faim ou quelle fin ?

Publié par Anonyme
laisser le lecteur sur sa faim, bravo c'est réussi !
Bon je vais consulter le site "catalaunien" pour en savoir plus...
Lien permanent

Qui suis-je ?

Présentation de la Catalaunie : histoire, patrimoine, environnement. Discussion autour de l'actualité catalaunienne.

«  Mai 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Derniers articles

Conte d'apothicaire
Une truie au gibet
Dictionnaire des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables
Les fillettes du prévôt
Histoires chaalonnaises drolatiques ou dramatiques
Une autres histoire de la fille sauvage
Le savetier et la pucelle
Histoires chaalonnaise drolatiques ou dramatiques
un nouveau roman de Bruno Malthet : Les mémoires de Baptiste Bouc-Bigot
99 moutons et un champenois... à la foire de Châlons
Histoire de la foire de Châlons-en-Champagne
Le Capitole en Champagne : les dessous d'un scandale
Trois résistants des temps modernes
Saute paillasse !
Les crues de la Marne
L'oppidum de La Cheppe et les Champs catalauniques
La guerre oubliée
Jean-Pierre Ravaux : le meilleur des Catalauni
Bulles champenoises radioactives
La destruction du château de Coolus
La guerre des pigeons
Châlons, capitale du front
1908-2008 : la religion et l'Etat, un débat et un combat toujours d'actualité
L'extraordinaire Monsieur Oehmichen
recette flan catalaunien au potiron
Solidarité et Paix
Bernard de Clairvaux prêche la Croisade à Chaalons
Juliette Récamier, exilée à Châlons
Marie-Angélique : l'enfant sauvage
Les Jards ont perdu le nord

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis
Ecrivez-moi
Flux RSS

Liens amis

Petit Catalaunien Illustré
Nouvelle Catalaunie
culture blog
Dominique Brisson

Rubriques

à propos de l inconnue du grand bazar
actualité
voyages en Catalaunie

Mes amis



Article 16 sur 49
Page précédente | Page suivante