La Catalaunie dans tous ses états

• 1/02/2007 - les caves infiltrées

Bonjour Memoria, je te remercie de bien vouloir me laisser raconter cette histoire sur ton blog. D'ailleurs je sais qu'elle ne t'étonnera pas étant donné que tu connais les manières de faire de l'échevin Baptiste Bouc-Bigot et de son échevinat.

Je voulais donc revisiter ces caves pour lesquelles tu avais mobilisé l'association afin qu'elles ne disparaissent pas dans les fondations de la nouvelle galerie du l'Hôtel de ville. Bien sûr le tribunal nous avait donné raison et la Ville et la société Sachem & Béton avaient dû signer un " relevé de conclusions " avec l'association et les autres requérants en contre partie de quoi ceux-ci retiraient leur référé. Dans ce relevé, l'échevin et la Sachem & Béton s'engageaient notamment à ventiler les caves, à en restaurer les voûtes d'ogive et à rendre compte régulièrement de l'avancée des travaux. Ce dernier point n'avait jamais été respecté et on nous avait toujours refusé la visite technique.

Je vous parle de caves médiévales, des XIIIème et XVème siècles, inscrites à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques ! D'ailleurs il s'agit du plus ancien patrimoine civil de Chaalons-en-Champaigne.

L'office de tourisme organisait en décembre dernier la visite de ces caves dans le parcours " Chaalons au Moyen Age ". A force de parler de cette future visite dans mon entourage, les uns et les autres ont voulu se joindre à moi. Corinne a fait une réservation globale pour le groupe et nous avons invité le quotidien local " La Force " à se joindre à nous. Nous voulions tous voir dans quel état se trouvaient désormais les caves. Tes caves, devrais-je dire. Parmi les uns et les autres, il y avait deux architectes et un historien spécialiste du Moyen Age.

Quelle histoire ! Cette visite a fait tout un pataquès non pas à cause de ce que nous avons découvert et révélé au grand jour mais à cause des moyens employés. Voilà que nous ne sommes plus de simples châlonnais, munis de tous nos droits de citoyens, mais des pestiférés, des relégués. Nous n'avons pas le droit, pourtant qui relève de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, de nous réunir et de circuler librement dans notre ville !

Que nous reproche-t-on ? D'avoir utilisé un prête-nom pour l'inscription ? Que nenni, il s'agit d'un membre du bureau de l'association qui avait la possibilité de passer à l'Office de tourisme rapidement afin de faire la réservation. D'avoir invité un journaliste ? Où est la liberté de la presse ? La liberté d'expression ? Et tout ça pourquoi ? Parce que nous avons révélé et pointé du doigt des choses que l'équipe municipale ne voulait pas montrer. Et pourtant elle communique à tous vents autour de l'accessibilité de ces caves au public et de l'exemplarité de leur restauration. Pense-t-elle que les visiteurs sont aveugles ? Ou bien se moque-t-elle d'eux en leur présentant une telle restauration ?

Voyage au fond des caves

 

Dès l'ouverture de la porte accédant aux caves, tous les porteurs de lunettes ont vu trouble, non pas qu'ils aient bu mais la buée envahissait leurs carreaux. On a appelé cela : le test des lunettes. Vous savez quand vous passez du froid sec au chaud et humide. Tout de suite nous avons compris que la ventilation annoncée n'avait pas été installée. La situation sanitaire des caves était déjà fort critique à l'époque des travaux mais là elle était pire car tous les soupiraux ont été murés. Nous y avons relevé 82% d'hygrométrie, d'importantes traces de moisissures, un suintement excessif des pierres, un clocage des moellons de craie et leur effritement. De plus nous avons constaté que la restauration des caves n'est qu'un " bricolage " scandaleux effectué, pourtant, par une ville qui se glorifie d'être désormais classée "  ville d'art et d'histoire ". Les travaux (le terme " rustines " serait plus approprié) effectués sur les voûtes et élévations n'ont manifestement pas été réalisés par une entreprise agréée " Monuments historiques " ni été suivis par des professionnels reconnus pour leur connaissance en la matière. L'Architecte des Bâtiments de France n'a même pas été consulté. C’est tout dire ! Il est également manifeste que les voûtes de la cave du XIIIème siècle ont souffert durant les travaux. L'association avait alerté la Sachem & Béton durant l'hiver 2003-2004 suite à des rumeurs au sujet des dégâts causés par d'importantes pluies suivies d'un gel brutal lorsque leurs voûtes ont été mises à nue. On l'assura alors qu'il n'en était rien mais on lui refusa toutefois le droit de pouvoir le constater pour de prétendus motifs de sécurité.

Et quid des trois caves secondaires ? Elles devaient être également restaurées et auraient pu permettre de créer un intéressant espace voûté d'exposition ouvert sur la place Foch et sur la cave du XVème siècle. Et qu’en est-il des résultats des fouilles qui devaient être réalisées dans l'espace existant entre les caves. Etait-il vraiment vide ? Ou bien s'ouvrait-il sur d'autres caves ?

Memoria, vois-tu, ils n'ont pas changé et on ne peut toujours pas leur faire confiance. Arsène Colvert avait bien raison. Le pauvre : il doit se retourner dans sa tombe, s’il voit cela ! Nous, nous avons tenu tous nos engagements. Tandis qu’eux, non. Ne nous laissons pas leurrer par leur beau langage lors de la prochaine échéance électorale les concernant, ce sont des menteurs !

Fabienne

Pour plus d'infos : http://www.catalaunien.net/

catalaunien@gmail.com 

 

Ajouter un commentaire :: Envoyer cet article

Qui suis-je ?

Présentation de la Catalaunie : histoire, patrimoine, environnement. Discussion autour de l'actualité catalaunienne.

«  Juillet 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Derniers articles

Conte d'apothicaire
Une truie au gibet
Dictionnaire des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables
Les fillettes du prévôt
Histoires chaalonnaises drolatiques ou dramatiques
Une autres histoire de la fille sauvage
Le savetier et la pucelle
Histoires chaalonnaise drolatiques ou dramatiques
un nouveau roman de Bruno Malthet : Les mémoires de Baptiste Bouc-Bigot
99 moutons et un champenois... à la foire de Châlons
Histoire de la foire de Châlons-en-Champagne
Le Capitole en Champagne : les dessous d'un scandale
Trois résistants des temps modernes
Saute paillasse !
Les crues de la Marne
L'oppidum de La Cheppe et les Champs catalauniques
La guerre oubliée
Jean-Pierre Ravaux : le meilleur des Catalauni
Bulles champenoises radioactives
La destruction du château de Coolus
La guerre des pigeons
Châlons, capitale du front
1908-2008 : la religion et l'Etat, un débat et un combat toujours d'actualité
L'extraordinaire Monsieur Oehmichen
recette flan catalaunien au potiron
Solidarité et Paix
Bernard de Clairvaux prêche la Croisade à Chaalons
Juliette Récamier, exilée à Châlons
Marie-Angélique : l'enfant sauvage
Les Jards ont perdu le nord

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis
Ecrivez-moi
Flux RSS

Liens amis

Petit Catalaunien Illustré
Nouvelle Catalaunie
culture blog
Dominique Brisson

Rubriques

à propos de l inconnue du grand bazar
actualité
voyages en Catalaunie

Mes amis



Article 43 sur 49
Page précédente | Page suivante